Toulouse Bordeaux

Formule 1 : de nouvelles voitures pour plus de courses !

Cote au : 21 février

Chaîne : Canal+

Il n’y a plus eu de F1 sur les grands circuits mondiaux depuis 2 mois. Néanmoins, pendant la trêve hivernale de cette année, les voitures des équipes sont plus au centre de l’attention qu’elles ne l’ont été depuis longtemps. De nombreux changements de règles techniques devraient garantir que la Formule 1 a plus d’excitation à offrir qu’auparavant.

« Nous voulons des voitures de course avec lesquelles les pilotes peuvent bien attaquer. Nous voulons que le peloton se rassemble, que les équipes survivent et, enfin et surtout, que les voitures aient l’air excitantes même lorsqu’elles sont à l’arrêt. » Ce que le directeur du sport automobile de F1, Ross Brawn, a déclaré après la saison 2019 devient maintenant une réalité. Un nouvel ensemble de règles, qui n’entrera en vigueur qu’un an plus tard que prévu en raison de la pandémie corona, vise à ramener l’excitation dans la première classe du sport automobile ( tous les paris sur la Formule 1 ). Mais pourquoi seulement une poignée d’équipes ont-elles pu concourir pour des victoires en Grand Prix et encore moins le Championnat du Monde ces dernières années ?

Nouveau design pour les ailerons

Le plus gros problème était probablement le soi-disant «air sale». L’air turbulent de la voiture devant a fait perdre la pression de contact au poursuivant. Les chances de rattraper l’arrière de l’adversaire dans les virages ont été considérablement réduites en raison de la perte d’appui de plus de 50 % dans certains cas.

L’effet ventouse, qui était déjà utilisé dans les voitures de Formule 1 à la fin des années 1970 et au début des années 1980, est destiné à générer plus d’appui dans la saison à venir. De petites ailettes verticales créent des tourbillons qui accélèrent le flux d’air, provoquant l’aspiration du brûleur vers le sol. De plus, la partie arrière du soubassement garantit que les tourbillons d’air, qui ont beaucoup affecté les poursuivants dans le passé, montent vers le haut.

En général, de nombreux changements apportés à la voiture tournent autour du thème de l’aérodynamique. Les nouvelles ailes avant et arrière ont une conception plus simple et laissent peu de marge de manœuvre pour diriger l’air vers l’arrière dans la direction souhaitée. Sur les ailes du Cap, qui sont entrées en Formule 1 ces dernières années ( tous les paris sur la Formule 1) tenue, les équipes doivent désormais s’en passer. Pour cela, les équipes de course peuvent à nouveau utiliser les ailes de poutre à l’arrière de la voiture, qui ont été utilisées pour la dernière fois en 2013 et servent à renforcer le diffuseur. Les fans de sport automobile doivent s’habituer à un tout nouveau design pour l’aileron arrière. Vous chercherez en vain les plaques d’extrémité traditionnellement installées à côté des profils d’aile. Au lieu de cela, le système est conçu pour améliorer le flux d’air vers l’arrière afin que les véhicules suivants puissent bénéficier d’un air plus pur.

Pirelli livre en surdimensionné

Une grande valeur a été accordée aux nouveaux pneus dans le vrai sens du terme. Comparé aux appareils de 13 pouces précédemment utilisés, le caoutchouc de 18 pouces semble presque surdimensionné. Cependant, les roues étaient déjà utilisées en Formule 2 la saison dernière et ont célébré leur première dans la catégorie reine au GP d’Australie ainsi que l’introduction des ailerons incurvés vers le haut, situés au-dessus des pneus. Cependant, il n’y a pas de place pour le bricolage pour les ingénieurs ici, car les ailettes sont des pièces standard qui doivent être formées et installées à l’identique sur tous les véhicules.

Le passé se caractérisait par l’extraction milliseconde par milliseconde des véhicules grâce aux optimisations les plus fines. Le nouveau règlement limite considérablement la marge de manœuvre des équipes pour la saison à venir, ce qui laisse espérer que les petites équipes pourront également tenir tête aux meilleures équipes de course de ces dernières années. Néanmoins, il y a suffisamment de zones pour se démarquer de la concurrence, comme le capot moteur, les caissons latéraux ou le soubassement. Les essais en Espagne (23-25 février) et à Bahreïn (10-12 mars) révéleront si le peloton se rapprochera comme espéré ou si Red Bull et Mercedes se battront à nouveau en duel au sommet.

Voir d’autres options de pari

X