Roma - Napoli

La fin d’une époque: qui remportera les ATP Finals 2020 ?

Pour commémorer la fin du séjour de 12 ans de l’ATP Finals à Londres, nous avons analysé ce qu’il a fallu pour remporter le tournoi au cours de cette période et ce que cela pourrait signifier pour le résultat final cette année.

Performance sur le circuit ATP

La qualification pour les finales de l’ATP nécessite une forte présence dans les événements les plus prestigieux du Tour afin d’accumuler les points de classement nécessaires, mais certains événements semblent offrir une meilleure préparation que d’autres.

L’Open d’Australie a été le meilleur prédicteur de succès depuis le transfert des ATP Finals au Royaume-Uni, avec 4 de ses 11 vainqueurs de cette période qui ont remporté la victoire à l’O2 Arena cette année-là et quatre autres qui ont continué leur parcours après la phase de groupes.

Le triomphe de Novak Djokovic à Melbourne pourrait donc le préparer pour un sixième titre des ATP Finals – il est le favori avec une cote à 2.25 – et consolider son statut de joueur le plus titré de l’ère londonienne, ayant remporté la compétition quatre fois de suite de 2012 à 2015.

Pendant ce temps, le vainqueur de Roland-Garros n’a jamais remporté le trophée des ATP Finals sur le sol britannique la même année. C’est une mauvaise nouvelle pour le vainqueur de cette année, Rafael Nadal, dont la domination sur terre battue ne s’est pas encore traduite par une victoire dans les finales de l’ATP.

L’expérience ne fait pas tout

Gagner au moins un des événements ATP Masters était une condition préalable jusqu’à l’année dernière, lorsque le débutant Stefanos Tsitsipas est devenu le premier champion de Londres à ne pas avoir triomphé dans l’un des neuf événements organisés.

La victoire du jeune Grec a été une surprise mais il y avait un précédent. Six des huit derniers finalistes n’avaient jamais atteint ce stade auparavant et Tsitsipas est devenu le quatrième nouveau champion d’affilée.

Le vainqueur de 2017, Grigor Dimitrov, ne s’était jamais qualifié auparavant, donc l’emprise de la vieille garde sur le tournoi a bel et bien été relâchée.

Alors que les deux vainqueurs les plus récents n’avaient que 21 ans au début des finales, huit des neuf autres champions londoniens se situaient à la fin de la vingtaine et le neuvième venait tout juste d’avoir 30 ans.

En outre, cinq des huit derniers vainqueurs étaient soit le plus jeune ou le deuxième plus jeune joueur à se qualifier pour le tournoi en simple cette année-là.

Si la jeunesse et le manque de succès – ou même d’expérience dans les finales de l’ATP – ne sont plus des handicaps, alors Andrey Rublev (coté à 17.00) pourrait être le cheval noir de cette année. Le Russe est plus jeune que tous les autres finalistes à l’exception du champion en titre Tsitsipas et n’a remporté aucune épreuve de Masters.

Son manque d’expérience en Grand Chelem pourrait cependant lui être défavorable, Alexander Zverev étant le seul champion de Londres à ce jour à n’avoir jamais atteint une demi-finale à ce niveau.

X