Super Ligue : les meilleures équipes européennes avec les meilleurs joueurs

Super Ligue : les meilleures équipes européennes avec les meilleurs joueurs

La Super Ligue est presque une réalité. « Les meilleurs clubs. Les meilleurs joueurs. Chaque semaine » c’est le slogan d’une nouvelle compétition qui, bien qu’elle comptera 20 équipes, voit le jour avec 12 clubs fondateurs.

Lors d’une réunion sur Zoom organisé en urgence par l’UEFA ce dimanche soir, avec l’ensemble des clubs européens, les douze clubs frondeurs n’ont pas accepté de participer et semblent décidés d’aller jusqu’au bout de leur idée.

Quelles équipes jouent la Super Ligue ?

AC Milan, Arsenal FC, Atlético de Madrid, Chelsea FC, FC Barcelona, Inter Milan, Juventus FC, Liverpool FC, Manchester City, Manchester United, Real Madrid CF et Tottenham Hotspur sont les douze clubs fondateurs qui ont déjà signé soit 6 équipes anglaises plus trois italiennes et trois espagnoles.

Trois places restent disponibles et selon les indications et les fuites qu’il y avait d’un premier manuscrit, elles seraient pour les deux grands clubs de la Bundesliga, le Bayern et le Borussia Dortmund ainsi que le PSG de Ligue 1.

Qui a été oublié ?

Benfica et Porto, doubles champions d’Europe, ne font pas partie des créateurs. Ils attendent des invitations ou des formules similaires à celles de l’Euroligue de basket-ball pour avoir une place. Un drame pour un pays aussi important pour le football européen que le Portugal.

Malgré quatre Coupes d’Europe, l’Ajax ne serait pas un invité permanent d’un tournoi basé sur le prestige des concurrents.

Loin du premier monde économique, les équipes d’Europe de l’Est n’ont pas leur place dans le nouveau format.

Jouer la Ligue des champions est, ou était, un objectif pour des équipes comme Séville, Rome, Naples, Rome, Lazio, Marseille, Lyon ou le RB Leipzig … Désormais ? Ces équipes vont devoir s’adapter à un changement radical.

Point de vue financier

3,5 milliards d’euros pour commencer ; c’est la somme que les clubs fondateurs se distribueront. C’est quasiment le double du montant de la Ligue des Champions (soit 2.05 milliards).

Avec cet argent, ils essaieront de minimiser l’impact de la pandémie sur l’économie des clubs afin de minimiser la crise et de restaurer les paramètres dans lesquels le football a évolué jusqu’en mars 2000.

JP Morgan est l’entité financière à l’origine du projet Super Ligue et celle qui sert de référence lorsqu’il s’agit de consolider une compétition née sous la prétention de la nécessité pour les clubs de faire un pas en avant économiquement.

Il est précisé que le vainqueur de la Super Ligue pourrait remporter un montant proche de 400 millions d’euros tandis qu’en comparaison les 120 millions d’euros que le vainqueur de la Ligue des Champions ne font que pâle figure.

Les fédérations nationales et de l’UEFA

L’UEFA a multiplié les formules des compétitions européennes ces dernières saisons : suppression de la Coupe des Coupes, la Coupe UEFA remplacée par la Ligue Europa, mise en place de format des poules voire même avec deux phases de poule, création d’une conférence League. Le dernier projet était la réforme de la Ligue des Champions avec un format dit « suisse » avec des groupes de 10 équipes.

De son côté, de nombreuses fédérations ont accepté que des fonds étrangers prennent possession des meilleurs clubs en Europe : les équipes sous contrôle américain notamment qui possèdent également dans leur portefeuille des franchises de NBA ou d’autres sports outre-Atlantique ont forcément poussé vers la mise en place d’un projet de type Super Ligue européenne.

Toutes ces institutions UEFA, FIFA et les fédérations ont progressivement amené le vers dans le fruit et elles ont une part de responsabilité dans cette crise : elles ne peuvent pas tout rejeter sur les clubs frondeurs.

Voir d’autres options de pari

X