bwinfr-topDisclaimer_523x60_fr_3
 
 
  • Découvrez comment fonctionnent les cookies sur le site bwin.fr et comment changer vos paramètres. Si vous continuez à utiliser notre site sans changer vos paramètres, vous consentez à l'utilisation de cookies sur notre site. En savoir plus et gérer ces paramètres (Avis concernant les cookies)

D’où sera originaire le prochain champion de Formule 1 ?

Pari recommandé : Lewis Hamilton deviendra champion du monde à 1.80 Autres paris

Le brusque départ à la retraite de Nico Rosberg, le champion de Formule 1 en titre, peut avoir affaibli l’un des plus forts duopoles du monde sportif. Les coureurs allemands et britanniques ont dominé la Formule 1 plusieurs saisons de suite et le retrait inopiné d’un des leurs pourrait permettre à d’autres pays de s’imposer à leur tour.

Dans l’infographique ci-dessous, nous avons retracé l’histoire complète de la Formule 1 – et même détaillé une par une les différentes courses – pour souligner à quel point les coureurs allemands et britanniques ont été performants et déterminer quels sont les pays les mieux placés pour chasser ces coureurs des première places du sport automobile mondial.

La domination anglo-allemande

Commençons par nous rappeler combien le Royaume-Uni et l’Allemagne ont été performants dans l’histoire de ce sport. Le troisième titre mondial de Lewis Hamilton en 2015 a été le 16e titre porté par un coureur britannique. Depuis le début des courses de Formule 1 en 1950, 10 Anglais ont remporté le championnat. Les Allemands ont remporté 12 titres, mais avec seulement trois coureurs, et plus de la moitié de ces titres (sept exactement) ont été revendiqués par le légendaire Michael Schumacher. Aucun autre pays n’a atteint un nombre à deux chiffres. Seul le Brésil a produit plus de cinq champions (huit, pour être précis).

Si un coureur anglais ou allemand remporte le championnat en 2017, ce sera même la 10e fois consécutive. Les Anglais ont pour l’instant la supériorité, mais les Allemands ont remporté cinq des neuf derniers titres contre quatre pour les Anglais. La victoire de Rosberg de la saison dernière s’ajoute aux quatre victoires de Sebastian Vettel depuis 2010. Les trois trophées de Hamilton viennent renforcer ceux de Jenson Button en 2009.

Qui pourrait être le challenger ?

Si nous approfondissons un peu les statistiques pour voir quels sont les coureurs qui ont remporté les différentes courses ces dix dernières années, deux nations se démarquent comme de possibles challengers capables de rompre le duopole actuel. Si sur 110 des 136 courses les coureurs allemands (60) ou britanniques (50) ont été les premiers à passer la ligne d’arrivée, l’Australie et l’Espagne ont produit 11 gagnants. Quatre courses seulement ont été remportées par d’autres pays. Raison pour laquelle un coureur d’un de ces deux pays peut être considéré comme le candidat le plus probable. Trois noms se présentent à nous.

L’Espagne tout d’abord. Nous avons le choix entre deux coureurs dont le premier est le vétéran Fernando Alonso. À 35 ans, il est toujours en pleine forme et il a signé 32 victoires de Grand Prix et deux victoires au championnat des pilotes au nom de son pays. Mais, sa dernière victoire sur circuit date de 2013 – à Barcelone, justement – et ces deux dernières saisons, il n’est pas une seule fois monté sur le podium. L’autre espoir espagnol s’appelle Carlos Sainz, à 22 ans un talent qui pourrait se révéler dans les prochaines années. Sur les 29 courses qu’il a terminées il n’a pas réussi à dépasser la sixième place, et il lui manque sans doute encore un peu de métier avant d’être le digne successeur d’Alonso.

L’Australie est peut-être mieux placée pour mettre fin à la suprématie anglo-allemande. 4 des 11 victoires australiennes depuis 2010 sont signées Daniel Ricciardo, de chez Red Bull. À 27 ans, et avec plus de 100 courses à son actif, il possède l’expérience nécessaire et compte donc cette saison parmi les favoris pour le titre. Sa carrière de Formule 1 coïncide en partie avec celle de son plus récent prédécesseur australien, Mark Webber, qui a terminé sa carrière en 2013, finissant troisième pour la troisième fois en quatre ans, chez Red Bull également. Coéquipier du grossiste en titres allemand Vettel, il pourra en tout cas compter sur de bons conseils.

Et si nous remontions un peu plus dans le temps ?

Parmi les autres pays autrefois performants, ni le Brésil ni la France n’ont remporté de course ces dix dernières années. Tous deux ont été au sommet de leur gloire dans les années 1980, lorsque leurs coureurs se partageaient plus de la moitié des victoires (95 sur 180). Il ne faut probablement pas s’attendre à ce que Felipe Massa, Romain Grosjean et Esteban Ocon soient capables cette année de faire revenir ces temps glorieux.

L’autre outsider est la Finlande, dont est originaire le dernier champion du monde n’étant ni Allemand ni Anglais, Kimi Raikkonen. Avec Valtteri Bottas, le successeur de Rosberg et nouveau coéquipier de Hamilton, la Finlande pourrait bien ajouter un nouveau triomphe à son total de 46 victoires et quatre titres.

© 2014. BES SAS, au capital de 148.260 Euros, immatriculée auprès du Registre du Commerce et des Sociétés de Paris sous le numéro 521 353 235.
Tous droits réservés.